8 mars 2010

J’aurais aimé écrire un billet sur la Journée de la femme. Mais aujourd’hui, 8 mars 2010, j’apprends la mort de Marcel Simard.

Je n’ai pas les mots, j’ai encore à peine d’émotions. Cette nouvelle m’apparaît irréelle.

Marcel était le producteur associé de mon premier documentaire à titre de productrice. Après avoir vu quelques rush de tournage de notre film, il nous avait ouvert les portes des Productions Virage. Il a cru en nous simplement. Réalisatrice, productrice, il ne voyait pas des femmes, il voyait du talent et nous l’a dit souvent. À la première de notre film, il avait pris la parole pour dire qu’il avait fondé sa maison de production pour faire des films comme le nôtre. En fait, il avait dit que notre film incarnait le mieux l’esprit Virage. Et il avait pris le temps de s’asseoir, tranquillement, avec Catherine en salle de montage pour regarder les images et la conseiller.

Marcel, rarement une formule toute faite ne se sera autant appliquée : repose en paix, mais surtout, surtout, repose-toi.

Mes pensées et mes sympathies aux proches.

Publicités

4 réponses à “8 mars 2010

  1. Très beau mot ma chérie.

    Mes sympathies à toi et à tout ceux qui ont côtoyé ce grand homme, qui savait reconnaître et mettre en valeur le talent.

  2. J’ai eu la chance de donner un atelier de cinéma en compagnie de Marcel Simard dans un projet de cinéma-social dans une école secondaire. Les jeunes sont tombés sous le charme tout simplement de cet homme d’expérience qui a su vulgariser son art et donner un sens à leur projet en faisant le découpage d’une de leur scène. C’était un magnifique moment. Je suis certaine que les jeunes en parlent encore et qu’il en a inspiré plus d’un.

    Oui, reposez en paix M.Simard.

  3. Chère Karine,

    C’est toi qui m’apprend la nouvelle. De loin, je suis moi aussi toute émue. Il n’y a qu’une chose à faire: continuer dans la même direction….

    Julie

  4. Merci Karine pour ces mots. Tu m’as appris cette mort et elle me touche. Je ne le connaissais pas mais je n’arrête pas de penser à Monique et je voudrais vous témoigner, à toutes celles et ceux qui l’ont aimé, ma sympathie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s