Le luxe d’être informé

AlainGravel et Marie-Maude Denis à Tput le monde en parle

AlainGravel et Marie-Maude Denis à Tput le monde en parle

Je viens d’écouter l’entrevue d’Alain Gravel et Marie-Maude Denis à Tout le monde en parle. Ça m’a fait réaliser à quel point les journalistes font un métier ingrat. Quelle reconnaissance donne le public au travail des journalistes? Le vrai, le travail acharné du journaliste qui va là où on ne l’attendait pas et qui surprend par ce qu’il fait découvrir. Ce soir, les téméraires journalistes de Enquête ont eu droit à de grands applaudissements et des sourires empreints de fierté. Mais dans la réalité, qu’en est-il?

Les journalistes du Journal de Montréal sont en lock-out depuis plus de 250 jours. S’ils sont encore sur le trottoir, c’est que peu de gens ont décidé de boycotter un journal écrit par des scabs.  De la même façon, le fait que le JdeM ait mis sur pied une agence pour alimenter le journal durant le conflit n’a pas enlevé l’envie à des centaines de restaurateurs de continuer de distribuer le quotidien en grande quantité. À croire que seul le tabloïd possède le bon format pour une table de Tim Hortons…

Les journalistes de La Presse sont les prochains sur la liste. Crevier a déjà bien commencé ses relations de presse avec son ultimatum. Une tactique vieille comme le monde : faire savoir que des gens gagnent bien leur vie et compter sur la morosité ambiante pour que tout le monde s’insurge et nivelle les conditions de travail vers le bas. L’innovation? Payer une firme «indépendante» pour avoir entre les mains un «avis expert». Malheureusement, cette firme risque de proposer un nouveau modèle d’exploitation s’appliquant aux employés plutôt qu’à l’information sur le web.

Les lecteurs de La Presse seront-ils capables de se passer de leur cahier Habitation le samedi matin si le quotidien devait tomber en lock-out? Combien de lecteurs suspendront leur abonnement pour appuyer les travailleurs de l’information qui ont dévoilé les scandales des dernières semaines? J’espère que le syndicat a un bon fonds de conflit…

Alors quand je vois Alain le mystérieux et sa collègue Marie-Maude se faire applaudir chaleureusement à Tout le monde en parle, je ne peux m’empêcher de repenser à ces rumeurs qui disent qu’élu majoritaire, Stephen Harper songerait à privatiser Radio-Canada. Et bien que le ministre James Moore ait démenti depuis, le refus du gouvernement fédéral d’aider Radio-Canada a combler son déficit(entraînant la perte de 800 emplois) montre bien l’importance qu’on accorde au mandat de la Société d’état.

Et ce soir, la partie de moi qui aurait bien pu décider d’être un «soldat de l’information» après un bacc. en journalisme offre son soutien à ceux qui ont choisi de pratiquer ce métier dans des médias conventionnels. Parce que maintenant que le  journalisme citoyen est à la mode, j’ai bien peur qu’on oublie que nous avons grandement besoin du travail de journalistes «traditionnels» à qui on donne le temps et les moyens de nous informer en profondeur.

Publicités

Une réponse à “Le luxe d’être informé

  1. …suis-je de mauvaise foi, mais les exemples où on laisse les journalistes le temps et les moyens de nous informer en profondeur se comptent sur le bouts des doigts d’une seule main… J’espère que l’on se souviendra que les journalistes sont les chiens de garde de la démocratie… et que lorsqu’on recule dans la démocratie il est bien difficile de la regagner

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s