Derrière les barreaux suisses!

Me voici revenue à Paris après un bref séjour à Lausanne. Et cette fois-ci, pas de doute, c’est un «détour» qui en valait vraiment la peine. Il y a quelques mois, je suis tombée par hasard sur le site du film Article 43 de Denise Gilliant. En clair, Article 43 est un projet de film qui s’est imposé à la cinéaste pour documenter la démarche de cinq détenus qui participaient à l’atelier «Œil ouvert en prison» organisé par l’association Prélude. L’objectif : permettre à des détenus d’imaginer, d’écrire et de réaliser leurs propres films documentaires et réactiver le Canal Déchaîné, télévision diffusée en circuit fermé à l’intérieur de la prison. Ais-je besoin de préciser que j’étais captivée!

photographie: Michèle Massy

photographie: Michèle Massy

La façon dont on parlait du film m’interpellait particulièrement : «Peu de caméras extérieures ont pu pénétrer si profondément dans l’univers carcéral, saisir sa dureté, ses méfiances. Des détenus parlent ouvertement de leurs crimes, les assument, d’autre pas.» Plus je lisais, plus j’étais frappée par la ressemblance avec la démarche de notre film.

J’ai téléphoné tout de go à Mme Gilliand en lui proposant de venir la rencontrer à Lausanne. Et par enchantement, ça a marché. J’étais donc chez elle, mercredi soir, réalisant difficilement que nous discutions le plus simplement du monde de toutes les similitudes entre nos projets, menés presque simultanément sans le savoir. Relations avec les détenus, combat avec des administrations pas toujours conciliantes, incompréhension devant certaines lois, inquiétude devant le durcissement de l’opinion publique envers les délinquants, nous en avions long à partager.

photographie: Michèle Massy

photographie: Michèle Massy

Ma véritable surprise a été quand Denise m’a annoncé qu’elle avait obtenu l’autorisation que nous visitions les détenus incarcérés aux Établissements de la Plaine de L’Orbe (EPO)! Pour avoir dû manœuvrer auprès de l’administration carcérale, je savais qu’elle avait réussi un exploit et m’offrait un précieux cadeau. Nous sommes donc parties, jeudi matin, avec  Anne-Laure Sahy, fondatrice de l’organisme Prélude, visiter deux des détenus ayant participé au projet Œil ouvert et toujours impliqués dans le Canal Déchaîné. Évidemment, les détenus étaient un peu intimidés de voir débarquer «la productrice canadienne» et ils en avaient surtout long à échanger avec Denise qu’ils n’avaient pas vu depuis des mois. Malgré la timidité, nous avons discuté doucement, assez pour qu’ils me fassent penser à «nos gars» du Québec. Je me demande d’ailleurs comment auraient réagi nos Gérald, Ziad, René et Michel si nous leur avions présenté une Suisse venue spécialement les rencontrer.

photographie: Michèle Massy

photographie: Michèle Massy

Cette journée un peu surréaliste s’est terminée par un lunch avec deux des responsables de l’atelier, employés de la prison qui m’ont eux aussi rappelé nos Christian et Jacynthe, conscients du potentiel exceptionnel de ce type de projet à l’intérieur des murs mais forcés de confronter leur enthousiasme aux contraintes carcérales. L’invité d’honneur de ce dîner restait par contre Bernhard, un ex-détenu qui a réalisé au sein de l’atelier un film qui se démarque des autres par sa qualité et son propos. Bernhard avait accepté de quitter sa boutique  le temps d’un repas, lui qui gagne maintenant sa vie comme forgeron, après avoir purgé une longue sentence.

Je reviens avec une énergie nouvelle de ce séjour inspirant, le doute peut aller se recoucher.  D’ailleurs, j’ai découvert que des organismes sur Paris et Marseille faisaient le même genre de projets. Je rencontre la responsable de l’association Les Yeux de l’Ouïe demain soir. Ça donne des idées…

Publicités

3 réponses à “Derrière les barreaux suisses!

  1. YAH! Wow! Ça met tout plein d’étincelles dans les yeux ça:)
    Je te fais un clin d’oeil complice ma bella,
    MOUAH!
    Rousse

  2. Salut Karine! Félicitations pour ta démarche!
    J’ai beaucoup entendu parlé de ce film sur Couleur3 (radio publique suisse romande géniale) et il a reçu de bonnes critiques.
    Pour avoir été moi même aux EPO (dans le cadre de mes fonctions!!), tu es bien chanceuse d’avoir été admise là dedans! C’est pas la même chose ici qu’au québec je crois (encore là, j’ai jamais mis les pieds là dedans au Qc non plus), mais j’ai été surpris de voir les ateliers et les réalisations qu’ils leurs font faire. C’était peut-être des cas légers, mais bon, c’est pas mal quand même…
    Je ne suis pas au courant à 100% de ton projet, mais cela semble te passionner alors, surtout, lâches-pas!
    En passant, j’espère que t’es pas juste allé à Orbe dans ton séjour en Suisse 😉 se serait dommage…
    Ciao ciao!
    Ben

  3. Salut Benoît
    Eh oui, malheureusement c’était un séjour éclair. J’étais là pour voir des barbelés et non des sommets enneigés 🙂 Pour ce qui est de notre démarche, tu as un peu plus d’info sur notre site web de film http://www.untroudansletemps.com Sinon, sur google tu trouveras plusieurs des articles de presse sur le sujet. Merci pour ton intérêt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s